12 juillet 2020
Riz au chou-fleur au four, purée de patates douces et betteraves, lentilles aux oignons avec sauce au curcuma et au chanvre

Riz au chou-fleur au four, purée de patates douces et betteraves, lentilles aux oignons avec sauce au curcuma et au chanvre

lalakitchen mashkool quatar 2016 légumes sans viande légumes végétaliens

  • lalakitchen mashkool quatar 2016 légumes sans viande légumes végétaliens
  • lalakitchen mashkool quatar 2016 légumes sans viande légumes végétaliens
  • lalakitchen mashkool quatar 2016 légumes sans viande légumes végétaliens
  • lalakitchen mashkool quatar 2016 légumes sans viande légumes végétaliens

Au fil du temps, j’ai remarqué ce week-end. Et je pense que c’est la première fois que je m’arrête un peu depuis que je viens de Porto Rico. Et aujourd’hui j’écris et je n’oublie pas que j’ai promis de vous parler de mon expérience là-bas. Et je ne sais pas ce qui m’arrive, mes tâches s’accumulent sans pouvoir l’éviter. Le sentiment est que pour chaque article que je supprime de ma liste, deux entrent à nouveau. Mal.

Aujourd’hui était le jour où je m’en suis rendu compte. Cela fait au moins trois mois que je n’arrête pas d’écrire exclusivement pour mon blog et la vérité, je suis attristé d’y penser. Comment est-ce possible? Je n’aime pas.

Et c’est pour l’observer, s’arrêter et méditer dessus, parce que si en décembre j’ai décidé de partir, c’est justement parce que toute ma vie est entrée dans un petit / grand effondrement. Plusieurs expériences qui se sont produites en peu de temps sont venues me montrer qu’il fallait s’arrêter. Arrêtez, respirez, arrêtez d’agir. Nourris-moi d’amour. Alors je suis parti. Je l’ai décidé du jour au lendemain. J’ai acheté le billet et en deux semaines il était déjà là. Le souvenir de ces 4 semaines de reconnexion est déjà assez loin dans le temps, un temps qui court ici trop vite. Je sais seulement qu’à l’approche de la fin, j’ai dit à qui je me demandais, que je ne voulais pas encore retourner dans ma vie. Mais pas comme une fille passionnée qui veut être au paradis, recroquevillée, sans soucis pour la vie. Non, plutôt comme quelqu’un qui sait qu’il lui reste encore un long chemin à parcourir pour guérir ce qui l’a conduit là-bas et qu’il ne l’aura pas exactement chez lui.

Depuis quelques jours, j’ai une sensation inconfortable. Cela ressemble à quelque chose comme je me sens enfermé dans une cage en verre ou dans une petite roue, comme un hamster. Oui, c’est un bel endroit, plein de légumes, de fruits, de fleurs et de belles choses, une boîte en verre, lumineuse et idyllique, que j’ai créée moi-même, mais avec peu de temps pour arrêter de respirer, d’arrêter d’observer, de ne rien faire . Et est-ce pour moi que le temps est la plus grande valeur que nous ayons dans cette vie, à quoi sert de vivre entouré des meilleures choses, si nous n’avons pas le temps de nous arrêter et de prendre conscience du moment où nous vivons? J’imagine que c’est la pleine conscience. Être présent, ce qui est l’opposé de faire deux choses à la fois ou de faire des choses en pensant au prochain devoir. Le mal d’aujourd’hui. Multitâche.

Aujourd’hui, je suis devenu un peu triste de me voir comme ça, enfermé dans une situation qui me semble ne pas me permettre d’aller où je veux aller. En fait, c’est un sentiment que je traîne. Que j’avais averti avant le départ de Porto Rico et qu’il a réapparu. Aujourd’hui, j’ai réalisé que je ne voulais pas continuer comme ça. Cela n’a aucun sens que j’ai quitté la ville, que j’ai changé ma vie, pour vivre sans relâche à la campagne. Cela n’a pas vraiment de sens.

Et c’est qu’il faut être vigilant, qu’il est facile de tomber dans la roue du non-stop, des obligations, la roue de la permanence, de l’accomplissement des tâches les unes après les autres. Est-il facile de se perdre, n’est-ce pas? Je dis toujours que la société nous y emmène. Je pense qu’aujourd’hui nous avons trop de fronts ouverts, trop d’offres, de propositions, de canaux de communication, d’information. C’est fou, si vous pensez froidement, c’est une folie complète.

Parfois, nous n’avons même pas besoin imputs externe pour nous défier et nous surcharger, nous nous suffisons. Comme moi, avec le changement de web. J’ai pensé à offrir plus de services, et au début, ils étaient répertoriés, mais quelques heures avant l’ouverture, je les ai supprimés. J’ai paniqué. Si je peux à peine couvrir ce que j’ai maintenant, comment puis-je offrir encore plus? Si je veux respirer, respire tout le temps. Se sentir bien présent.

Ce week-end, je l’ai vu clairement. Je dois ralentir. Reprenez le contrôle, ou une partie de celui-ci. Avoir le temps de me recréer, d’imaginer et de développer de nouvelles illusions que j’ai en tête. Lâcher prise sur ce que je fais maintenant, mais j’ai l’impression qu’ils m’ont pris au piège. Décollez, détendez-vous. Profitez du changement d’énergie du printemps pour lâcher prise, lâcher prise sans crainte, sachant que chaque fois que quelque chose est libéré, il y a de la place pour quelque chose de nouveau qui nous permet de nous déplacer où nous voulons. Lâcher prise sachant (ce que je ne savais pas auparavant) que je suis créatif et que je n’ai pas à avoir peur de perdre quelque chose, mais espérer ce que je pourrai gagner. Et la confiance, car si j’ai appris quelque chose dans ma marche c’est que l’on peut toujours se réinventer et que si on se fait une illusion et qu’on y met l’énergie de l’amour et qu’on s’y consacre, les rêves que l’on projette se réalisent.

Je ne veux pas changer de profession. Non non non, j’adore ce que je fais! Je veux juste me recentrer, évoluer au sein de ce que j’ai déjà créé, me sentir plus utile et épanouie que je ne le pense maintenant. Et surtout, ayez plus de temps pour profiter d’une vie unique et irremplaçable.

Et avec toutes ces réflexions et pensées exprimées que peut-être quelqu’un peut être trop intime, mais que pour moi, je dois admettre que j’aime pouvoir exprimer à partir d’ici, ressentir ce que je ressens, à la maison, imaginer un lecteur ou un ami, parler au-delà de savoir si la recette a tel ou quels nutriments ou à quel point ses avantages sont incroyables (quelque chose qui, à ce stade du voyage, je pense qu’il est déjà évident que la cuisine que je propose est PURA SALUD).

Je vous laisse avec la recette.

Une recréation d’un plat typiquement qatari que j’ai réalisé grâce à la tentation de participer à un concours (dont je vous ferai savoir si je peux gagner) une recette à base de riz basmati et d’agneau et que j’ai réinventée avec du riz de chou-fleur, tubercules et lentilles cuits au four. Un plat très nutritif qui a été délicieux, parfaitement équilibré et très facile à digérer.

J’espère que vous l’aimez et l’appréciez autant que moi!

RIZ DE CHOU-FLEUR MASSKOOL, BONIATO ET Betteraves cuites, lentilles à la sauce au curcuma et au chanvre

Quantité: 2 personnes
Conditions météorologiques: 30 minutes
Ustensiles: robot culinaire ou similaire

Ingrédients du riz au chou-fleur:

1 petit chou-fleur (500 g propre)
1 gousse d’ail, émincée
1 petit citron
quelques brins de thym frais (ou séchés)
une poignée de feuilles de coriandre fraîche
sel au goût

Ingrédients lentilles au curcuma:

1 T de lentilles cuites
1 gros oignon
2 grosses gousses d’ail
1 g de gingembre frais haché ou râpé
1 c de curcuma (ajuster au goût)
1 c de cumin (ajuster au goût)
1 tasse d’huile d’olive
sel au goût
poivre fraîchement moulu

Ingrédients végétaux cuits au four:

2 patates douces moyennes
1 grosse betterave
½ c de cardamome
1 tasse de cannelle de Ceylan
6 clous de girofle
1 tasse d’huile d’olive
Sel de l’Himalaya ou qualité au goût

Ingrédients de la sauce aux graines de chanvre:

3 C de graines de chanvre pelées
2 C de jus de citron
l’eau pour réduire
Sel

Préparation:

Préchauffer le four à 180 ° C

1. Pelez les betteraves et les patates douces et faites des cubes. Mettre sur la plaque à pâtisserie avec du papier sulfurisé si nécessaire et ajouter le reste des ingrédients. Bien mélanger avec vos mains et prendre à cuire environ 20 ou 25 minutes à cette même température afin qu’elles cuisent bien et grillent.
2. Préparez la sauce en fouettant tous les ingrédients dans un mixeur personnel ou similaire, ajustez le citron et l’eau à votre guise. S’il semble trop acide, ajoutez une pincée de sucré. Si vous n’avez pas de graines de chanvre, vous pouvez faire de même, mais avec du tahini.

3. Mettez les « gaules » de chou-fleur dans un robot de cuisine, thermomix ou similaire, et broyez jusqu’à ce qu’elles deviennent minuscules (comme un couscous). Réservation.

4. Pour faire des lentilles au curcuma. Fileter l’oignon, hacher l’ail et le gingembre et mettre dans une casserole avec l’huile, le sel et les épices. Faire sauter jusqu’à ramollissement. Enfin ajoutez les lentilles et mélangez très bien. Essayez de vous adapter à votre goût pour les épices et le sel. Baisser le feu ou réserver au feu avant de servir.

5. Pour faire le riz, hacher le petit ail et mettre dans une casserole avec l’huile, faire sauter une minute pour qu’il cuit, ajouter le chou-fleur, le sel et le citron aux quarts et la moitié du thym. Faire sauter pendant une minute ou deux pour cuire et parfumer. Lorsque vous éteignez le feu, ajoutez le reste du thym. Et déjà dans l’assiette, ajoutez la coriandre fraîche et si vous avez des graines de sésame noir sous la main.

Servez le tout dans la même assiette, ajoutez la coriandre fraîche, quelques graines de sésame noir si vous en avez (pour décorer) et arrosez avec la sauce au chanvre.

Vous pourriez également être intéressé